La lune Europe candidate idéale pour trouver de la vie microbienne dans

first_imgLa lune Europe, candidate idéale pour trouver de la vie microbienne dans le système solaireEurope, la lune de Jupiter, est recouverte d’une croûte de glace qui cache un immense océan souterrain. Aussi, pour les scientifiques, cette lune pourrait très bien accueillir des formes de vie aquatiques et ils comptent bien savoir si c’est le cas.Dans notre système solaire, le meilleur candidat pour abriter d’autres formes de vie est une lune de Jupiter, Europe. Découverte en 1610 par Galilée, ce satellite naturel est recouvert par les glaces. Bien qu’extrêmement froide (la température la plus chaude y est de -150°C), les scientifiques pensent que sous la couche de glace se trouve un large océan d’eau liquide, avec pourquoi pas, une vie microbienne.La NASA a commandité une équipe de scientifiques afin de réfléchir à une mission robotisée pour atterrir à sa surface et effectuer des mesures. Aujourd’hui, ces spécialistes publient ainsi les résultats de leur recherche dans la revue Astrobiology.Un monde froid et désertAvec un diamètre de 3.121 km, Europe fait presque la même taille que la Lune. Totalement recouverte de glace, on estime qu’elle contient même plus d’eau que la Terre ! Sa chaleur interne et les puissantes marées provoquées par Jupiter agitent son océan enfoui, ce qui le réchauffe et pourrait favoriser la présence de vie. Son atmosphère, très ténue, est majoritairement composée de dioxygène, mais avec une pression extrêmement faible, 0.1 micropascals (soit 10 puissance -12 fois plus faible que sur Terre). Sa surface est étonnamment lisse, peu de cratères d’impacts y sont présents. On y observe toutefois de nombreuses fissures, semblables à celles portées par les banquises terrestres.Un fort potentiel pour la vieToutes ces conditions font d’Europe un candidat idéal pour abriter des formes de vie extraterrestre, estiment les chercheurs. Mais si certains rêvent déjà de citées enfouies et de créatures à la peau verte, un tel scénario est peu probable. Dans le meilleur des cas, les scientifiques y imaginent une vie microbienne qui se serait développée dans l’immense océan souterrain. Totalement isolé, celui-ci peut contenir les briques essentielles à la vie : eau, oxygène, carbone, souffre, azote. Une telle découverte serait bien entendue exceptionnelle, car si on peut trouver de la vie à l’intérieur même de notre système solaire, la probabilité d’en rencontrer ailleurs dans l’Univers n’en serait que plus grande.Les objectifs d’une hypothétique missionDans leur rapport pour une exploration robotisée de cette lune, les scientifiques mettent en avant 3 objectifs principaux : déterminer l’habitabilité de son océan en étudiant sa chimie, caractériser l’épaisseur, l’hétérogénéité et la dynamique des différentes couches de glace et d’eau, et l’étude géologique de sa surface pour comprendre sa formation et son évolution. Pour ce faire, le robot devra alors être capable de creuser la glace jusqu’à 10 cm de profondeur.À lire aussiBoisson, météorite et Facebook, les actus sciences que vous devez connaître ce 5 septembre Le rapport liste également une série d’instruments qui seraient à emporter sur la mission, entres autres : spectromètre, magnétomètre, caméras, appareils sismologiques et microscope. Toutefois, la NASA n’a pas encore dans ses projets futurs une telle mission. L’Union européenne prévoit elle l’envoi d’un satellite appelé JUICE (JUpiter ICy moons Explorer) qui étudierait les principales lunes de Jupiter : Callisto, Ganymède et Europe. Le lancement est prévu en 2022 pour une arrivée à l’horizon 2030.(Crédit photo : NASA/JPL-Caltech) Le 11 août 2013 à 17:14 • Emmanuel Perrinlast_img read more